GENRE ET FÉMINISMES

Vous êtes ici :

À Mundubat, nous traitons les injustices sociales dans la perspective du féminisme. Notre objectif est de modifier les relations de pouvoir inégales que génèrent les différents systèmes d’oppression (le patriarcat, le capitalisme, l’hétéro-normativité et le racisme). Ces relations reposent sur -et se nourrissent de- la discrimination et la domination de quelques groupes sociaux sur d’autres ; elles sont traversées, toujours, par le genre. Car, de fait, les femmes appartiennent à tous les groupes sociaux opprimés.

Pour appréhender et travailler sur ces systèmes de domination dans une perspective féministe, Mundubat priorise le soutien aux femmes qui, de manière organisée, revendiquent leurs droits et dénoncent l’exclusion dont elles sont victimes du fait du genre, de leur classe sociale, ethnie et/ou orientation sexuelle.

Au-delà du travail spécifique que nous réalisons au sein du Département Genre et Féminisme de Mundubat, la perspective de genre est présente dans toutes nos actions. Nous soutenons la libération des femmes vis à vis de la discrimination historique à laquelle elles sont confrontées et qui les assujettit à différents types de violences. Nous promouvons leur empowerment et autonomie afin que les femmes puissent se développer à égalité avec les hommes, en défendant l’exercice effectif de leurs droits et libertés fondamentales.

Pour ce faire, nous travaillons autour de trois axes spécifiques:

L’économie féministe met l’accent sur la reconnaissance du travail reproductif et de soins historiquement dévolu aux femmes et sans lequel le travail de production ne serait pas possible. Cette perspective requiert un changement de paradigme économique et social qui concentre l’attention sur la durabilité de la vie et la quête du Bien Vivre pour toutes les personnes, en délogeant le marché du centre des relations humaines.

Nous partons du fait que les femmes, par le simple fait qu’elles sont femmes, subissent divers types de violences qui peuvent être physiques, psychologiques, économiques, sociales et culturelles. Dans cet esprit, nous cherchons à identifier et éradiquer ces violences souvent naturalisées par un système politico-juridique construit par le pouvoir hégémonique masculin et qui prend l’homme comme modèle du sujet de droits.

Dans ce contexte, nous traitons la sous-représentation des femmes dans toutes les sphères de pouvoir et dans les espaces décisionnels du domaine publique, suivant une approche féministe de gouvernabilité démocratique qui les reconnaisse comme étant des citoyennes de première classe dotées de leurs propres programmes de transformation des structures du pouvoir.

QUELQUES INITIATIVES ET CAMPAGNES

NOUVELLES CONNEXES