SÉNÉGAL

Vous êtes ici :

Présence de Mundubat au Sénégal

Mundubat commence à travailler au Sénégal en 2018. Contrairement à la plupart des pays d’Afrique de l’Ouest, le Sénégal est un pays considérablement stable. Bien qu’il soit membre de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), il fait partie du groupe des PMA (pays les moins avancés) et fonde ses projections de croissance sur l’exploitation de gisements de pétrole et de gaz.

En dépit d’une certaine stabilité politique due à son histoire post-coloniale – et construite sur les piliers du modèle de démocratie libérale représentative – le Sénégal n’est pas exempt de tensions. Dans la région de la Casamance, au sud du pays, un long conflit pour l’indépendance se prolonge et perdure. Déclaré à l’époque coloniale, il exprime le malaise de la population face à l’absence d’attention et d’investissements de l’État et à la spoliation de ses ressources, il s’atténue toutefois après la signature du cessez-le-feu de 2014 entre le gouvernement et le Mouvement des Forces démocratiques de Casamance (MFDC).

Au niveau national, le système politique est mis à l’épreuve par les tentatives de subversion des élites dirigeantes requérant des modifications législatives pour que le renouvellement des mandats puisse se prolonger plus de deux fois, comme établi constitutionnellement (origine des crises de 2011 et 2012), ou encore par l’interdiction de la libre participation des candidats/tes de l’opposition (crise de 2021) et de l’ensemble des citoyens/ennes (origine des tensions en cours en 2022 au seuil des élections législatives de la mi-année). La riposte citoyenne et les mobilisations sociales pour la défense de la démocratie ont forgé une société civile très active et engagée qui fait contrepoids à ces dynamiques autoritaires.

Dans certaines zones du pays, la situation alimentaire est vulnérable. C’est le cas surtout des régions les plus éloignées des centres urbains et des zones marquées par un climat aride ou semi-aride.

Les antécédents de l’organisation en matière de traitement des scénarios de conflit et de post-conflit favorisent une action stratégique d’accompagnement des initiatives de construction de la paix en Casamance. De même, nous donnons la priorité au soutien de la société civile organisée et dotée de la capacité de plaidoyer politique.

Le Sénégal est, par tradition, un pays stable. Depuis l’indépendance, en 1960, plusieurs présidents ont été élus démocratiquement. Léopold Sédar Senghor, l’un des fondateurs du mouvement La Négritude, est connu pour son engagement en faveur du socialisme africain. Le Sénégal a par ailleurs engendré un mouvement critique contre l’eurocentrisme et l’ingérence systématique des anciennes métropoles européennes dans les pays africains.

La situation économique du Sénégal est déterminée par la découverte de gisements de pétrole et de gaz ; cette base matérielle a permis au gouvernement de lancer le « Plan Sénégal Émergent » dont l’objet est de transformer, en dix ans, le Sénégal en un pays au revenu moyen, et qui compte la Souveraineté parmi ses axes centraux.

Si la signature, en 2014, d’un cessez-le-feu entre le gouvernement et le Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC) a contribué à atténuer le conflit de la Casamance – conflit résultant du malaise de la population face au manque d’attention et d’investissements par l’État et à la spoliation de ses ressources – celui-ci perdure depuis l’époque coloniale. Aujourd’hui, le conflit casamançais, le plus ancien du continent africain, est qualifié de « conflit de faible intensité ».

Les affrontements entre le MFDC et les forces de sécurité sénégalaises ont causé la mort de plus de 5 000 personnes ; le nombre des déplacés(es) à l’intérieur de la Casamance est estimé à 30 000/60 000 et celui des réfugiés à plus de 10 000, répartis entre la Gambie et la Guinée-Bissau. Par ailleurs, l’instabilité a favorisé l’apparition ou la recrudescence des trafics illégaux de drogue, d’armes, de bétail, de bois, etc.

L’action mise en place par Mundubat nécessite de travailler avec les mouvements sociaux et les organisations populaires du Sénégal afin d’en soutenir les combats en faveur d’une société de justice sociale. Dans cet esprit, elle structure ses interventions autour des axes stratégiques suivants :

Renforcement de la société civile sénégalaise :

L’un des axes centraux de la coopération de Mundubat au Sénégal consiste à identifier une intervention intégrale qui permette la promotion et la défense des droits humains. Cela implique d’accorder une attention prioritaire au travail mené avec les défenseurs(ses) locaux(les) des droits humains et à élaborer une stratégie optimale de défense, de promotion et de protection des droits fondamentaux (le tout étant lié, en Casamance, à un contexte de conflit de faible intensité). Pour ce faire, nous travaillons, avec Y’en a Marre, sur un processus de promotion d’une citoyenneté responsable et active dans la défense de ses droits.

Prévenir la détérioration de la sécurité alimentaire :

Actuellement, dans le domaine de l’Action Humanitaire, Mundubat développe des éléments de réponse ancrés sur une base solide de protection intégrale des droits, et de création des conditions nécessaires à la sécurité alimentaire et à l’amélioration de la situation socio-économique des populations les plus vulnérables.

Renforcement des organisations de femmes et féministes sénégalaises :

Mundubat a entrepris un processus de dialogue avec les organisations de femmes et féministes du Sénégal, tant au niveau national que, plus précisément, dans la région de la Casamance. L’objectif est, en l’occurrence, de bâtir une stratégie commune de défense de leurs droits, de lutte contre les violences ainsi que d’autonomisation et de participation politique.

Le travail ainsi mis en œuvre par Mundubat s’inscrit dans un contexte où le rôle des femmes et de leurs organisations est prépondérant dans la construction de la paix en Casamance et, en général, dans tout le pays. Malgré cela, et en dépit des engagements constitutionnels, des ratifications et des dispositions adoptées par le gouvernement qui, sur le plan théorique, favorisent l’équité entre les sexes, la violation des droits des femmes et des filles reste un fait structurel. Les violences faites aux femmes, la mutilation génitale et les mariages forcés sont quelques-unes des pratiques qui illustrent cette réalité.

 

Renforcement des organisations de femmes paysannes sénégalaises :

Un autre axe de travail adopté par Mundubat au Sénégal est de contribuer au renforcement organisationnel, technique et politique des organisations paysannes sénégalaises, en portant une attention particulière aux droits et processus des femmes paysannes. Pour ce faire, nous sommes en train d’élaborer un diagnostic, en concertation avec diverses organisations paysannes sénégalaises telles qu’Usoforal, qui doit permettre d’identifier les points communs en matière d’accès au territoire et de défense des droits paysans.